Make your own free website on Tripod.com








Bike adventures

le long de la voie ferrée













Home | Un petit détour-somewhat beyond the trail | A comment on myself-Un petit commentaire sur moi | le long de la voie ferrée | Beyond the mainstream





Lien vers une carte de l'ouest de la région

Liste des pourvoyeurs a l'ouest
















sunsetonlonelyroad.jpg

La découverte de contrées perdus hors des sentiers battus ici au Québec laisse forcément sous entendre la découverte d'endroits hors du noyau de la civilisation et est laissée a l'imagination de ceux qui veulent bien chercher ce que d'autre auparavant ont possiblement délaissé. Personnellement ces dernières années j'ai eu plutôt tendance a privilégier la découverte de l'arrière pays par les voies ferrées ce qui semble a priori un peu bizarre sinon absurde. Par contre puisque je fais de la minéralogie plutôt amateur j'ai tendance a privilégier la voie ferrée qui étant obligé de se maintenir a niveau dois couper le roc plus souvent que serait le cas avec un chemin pour voitures (ce qui est une question d'interprétation puisque les collines sont gravis par des chemins tandis qu'ils sont contournés par rail)...Du moins je cherche du terrain pas trop accidenté sans bien sur être totalement plat sachant que le rail dois couper le roc pour y passer.

Ainsi par un bel été il y'a quelques années j'ai parcouru le centre nord du Québec par la voie ferré a la recherche non seulement de minéraux mais aussi de jolies paysage peu tachés par l'homme si ce n'est les petites demeures répartis le long du rail et l'occasionnel petit hameau. Plus rarement se découvre une grande demeure dans la profondeur des forêts plus rarement seul tel un peu par acte de défiance vers la nature.

Le parcours s'entama par l'est avec comme point de départ la ville de La Tuque. Le chemin privilégié parmi le choix de chemins forestiers fût la 25 qui a l'avantage d'être très passante. Par contre pour un cycliste la qualité de la chaussée laisse a désirer étant par contre excellent pour les voitures qui ont du gravier a profusion !

Un paysage de douces collines est a rencontrer qui semblent atteindre des hauteurs plus au nord (le mot est relatif). Le long du parcours il y'a un arrêt pour se ravitailler en pleine forêt qui est situé au Km 54. J'y fit une court pause le temps de me payer un déjeuner et de découvrir le coin par les gens qui sont des plus sympathiques.

 

Je continua sans ressentir cette insécurité qu'on a à se retrouver sur un chemin forestier a milles lieux de la civilisation sachant bien qu'avec un passage régulier de véhicules je ne risquait pas de me retrouver sans secours. Malgré tout puisqu'on est en pleine forêt il faut se méfier des observateurs a 4 pattes qui se tienne a la lisière du chemin se laissant occasionnellement emportés par la curiosité.

N'étant pas en voiture je ne peut vraiment me risquer d'aller passé la route, sauf qu'occasionnellement je risque une courte découverte des environs. Par contre j'aurais pu y lasser ma peau lorsqu'à la tombé de la nuit je prends le choix de dormir dans une petite cabane a quelque distance de la route ne soupçonnant pas que l'autre cabane tout près était utilisé hors saison (de telles cabanes servent pour les chasseurs mais peuvent servir de refuges aux amérindiens ) Heureusement que les occupants m'ont laissé dormir en paix tout en ayant la gentillesse de fraterniser le lendemain.

Le lendemain j'arrive a ma première destination qu'est Sanmaur qui n'est que le vestige du village qu'il était a l'époque . Par contre malgré le peu de bâtiments (il dois y'avoir moins de 5 édifices ) je me déniche un restaurant pour me payer un autre excellent déjeuner ! Après questions d'usage on m'indique que la réserve autochtone est tout près de l'autre coté de la rivière..

Je me ravitaille a la réserve et je quitte précipitamment en ayant comme but de visiter le petit hameau de Casey. La route au début est plaisante mais devient rapidement plus difficile le chemin se rétrécissant pour ne devenir qu'une piste . Malgré tout je crois aboutir en suivant des indicatifs à ce qui semble être la destination pour me rendre compte a regret que je suis ailleurs et bien loin du but... Mince consolation, la voie ferrée se trouve tout près ! Je prends donc le chemin du rail et le lendemain en fin de journée j'arrive a destination...

Casey un petit hameau avec une minuscule population permanente des plus isolés offre du moins le luxe d'un restaurant et d'une cabine téléphonique . Le hameau n'est pas desservi par le réseau électrique et n'a même pas de génératrice . Les gens ne semblent pas en faire un cas étant tous munis de panneaux solaires ! J'y resta le temp de me ravitailler au resto et d'appeler ma tante sachant que je risquait d'être la première personne a appeler du village vers un autre pays !

Je quitte en soirée pour m'établir un peu plus a l'ouest après le pont .

 

Le lendemain devient l'occasion de découvrir ce qui passionne ceux qui ont choisi le coin pour s'y établir même si c'est seulement pour l'été.. Je découvre donc des douces collines , une multitude de lacs et bien sûr des habitations isolées des hameau qui ont un certain charme tel ¨Souris-ville¨ situé a proximité immédiate du rail près d'un minuscule lac qui tel que le nom laisse sous entendre est un endroit aux bâtiments a l'échelle réduite..sauf bien sûr pour le bâtiment principal qui est le seul occupé. Un pseudo petit hameau de bâtiments a l'échelle des souris en quelque sorte !

Le village de Parent qui survient tel un mirage dans le désert vert devient par son étendu un moment de découverte même si le hameau n'a que bien moins de 1000 âmes. Étant le carrefour pour se ravitailler au sud du réservoir Gouin une gamme de services sont offerts pour les gens qui veulent découvrir l'enfer vert qui est plutôt le paradis pour les bien préparés. Malgré tout le ravitaillement en essence est toujours possible dans une des multiples pourvoiries a découvrir en région.

J'y resta 2 jours le temps de me familiariser avec le coin et de découvrir la montagne du radar. Puisque l'endroit était le siège d'une base militaire du début de la guerre froid jusque dans les années 80, il subsiste toujours certaines infrastructures (soit les maisons aux environs du ''Radar'') et le chemin y conduisant. La vue du sommet donne un bon aperçu sur la région, la colline prédominant de plusieurs centaines de mètres sur le terrain environnant étant situé a plus de 800 mètres d'altitude. Les amateurs de collines risquent d'aimer la région. Un esprit d'aventurier et une bonne carte topo est un pré requis pour ceux qui aimeraient découvrir l'arrière pays.

 

 

villedeparent.jpg

Puisque le parcours n'est pas terminé je me ravitaille (en m'offrant le luxe d'un rôti de porc chaud qu'on me convainc d'acheter ) et je prends la route vers l'ouest dans l'espoir de découvrir les derniers hameaux avant la ville de Senneterre . Le parcours s'amorce par le chemin pour aboutir par le rail. Malgré ce a quoi on peut s'attendre a la vue d'une carte topo de la région (une carte relief fait donne un aperçu plus marquant du paysage) , il n'y pas de relief a découvrir si ce n'est la colline occasionnelle qui lorsque gravi permet de mieux découvrir le paysage.

Lien vers une carte relief de la région

raillinesunset.jpg

La solitude des grands espace donne amplement l'occasion de méditer sur ce que l'existence a pu produire comme résultats permettant par le fait même de faire une rétrospective sur son vécu me permettant d'entrevoir l'avenir et ultimement même l'aboutissement de ce court vécu dans ce monde. Edit Text

railsidecabin.jpg

roadtowardshills.jpg

bridgeeastsenneterre.jpg

faillonlakefromlodge.jpg

stopsignnativereserve.jpg

couchdesoleilverendrye.jpg

Carte des collines a l'ouest

Un endroit pour se reposer